Newsletter

Contact direct

Portable: +237 77 52 62 56 / 94 82 88 06
Tel: +237 22 21 99 25
Domicile: +237 22 22 60 61
Adresse: BP. 8 Yaoundé, Cameroon
E-mail: info@atangana-eteme-emeran.com

                           Nous ecrire

17 visiteurs en ce moment

total visiteurs





Accueil > Pubication > Transfert de compétences aux communes :

Transfert de compétences aux communes : (...)

dimanche 21 novembre 2010

Considérée comme une voie d’accès aux ressources, la décentralisation engendrera ses propres conflits, suscitera un surcroît d’intérêt entre le « chef de terre » et le « fils de terre », entre la préfectorale et le pouvoir local, tous deux étant amenés à « chasser sur les mêmes terres ». Il ne s’agira pas nécessairement d’une pratique consciente, mais d’une situation due au déficit de formation, soit des autorités municipales, soit des autorités de tutelle. Dans de nombreux autres cas, le conflit résultera des manœuvres de résistance au changement de la part des fonctionnaires de l’Administration d’Etat. Je propose cette semaine de vous entretenir sur les voies et moyens de prévenir ce dysfonctionnement de la décentralisation.

L’Etat décentralisateur, un Etat formateur

N’oublions pas que l’Etat post colonial de la tradition latine, est par essence centralisateur. Il a formé ses fonctionnaires d’abord, pour lui-même. Ce sont ces fonctionnaires qui sont appelés à mettre en œuvre le processus de décentralisation à partir des services centraux des ministères, aux services déconcentrés. Or, la « perte » de certaines compétences transférées, constitue un événement majeur, vécu comme tragique par un certain nombre de cadres et agents des administrations d’Etat. On peut comparer la relation entre l’Administration publique et ses agents qu’il souhaite mobiliser autour du transfert de compétences, avec la relation d’un patient, auquel s son médecin annonce brutalement qu’il souffre d’une maladie de longue durée, que sa vie ne serait plus comme avant, qu’il devrait désormais se soumettre à un traitement quotidien et à une hygiène de vie rigoureuse.

Entre les réactions du patient apprenant de son médecin qu’il est malade, et celle d’un agent de l’Etat qui apprend, par son ministre ou par son supérieur hiérarchique qu’il va devoir vivre, ou subir un changement de mission, d’organisation ou de méthode de travail, il y’a bien similarité.

Dans les deux cas, les personnes vont développer un ensemble de réactions psychologiques d’adaptation au changement, une sorte de résistance au changement et qui s’appuie sur l’annonce du changement, souvent vécue comme un traumatisme. Traumatisme qui déclenche chez une large majorité de patients, une série de résistances : résistance au fait d’adopter une alimentation différente, de pratiquer un exercice physique quotidien, d’arrêter de fumer…

Une préfectorale à (re)former

L’un des leviers les plus importants de la réforme est la formation. Il est établi que lorsque le monde change, si les hommes et femmes qui font vivre une organisation, y prennent des décisions, ne font pas évoluer au même rythme leurs schémas mentaux, ils prennent des décisions fondées sur de fausses prémisses et bloquent les transformations nécessaires.

Il faut donc que les administrateurs chargés de la tutelle des communes se forment, voyagent, participent à des colloques avec les maires pour intégrer et s’approprier les mutations de l’environnement institutionnel. Il est souhaitable que lorsque les colloques sur la décentralisation sont organisés au Cameroun comme à l’Extérieur, que les préfets fassent partie de la délégation camerounaise. L’objectif ici est de faire évoluer les mentalités et les comportements de la préfectorale qui est le résultat de longues années de fonctionnement sur le mode de l’Etat centralisé. Publié le 22/01/2010